Pendant la crise sanitaire qui a frappé la France, de plus en plus d’individus se sont tournés vers la méditation. Chez nos amis de l’application de méditation Petit Bambou, le nombre de nouveaux abonnés par jour est passé de 5 000 à 15 000 pendant le confinement. Mathieu Ricard, Christophe André, Fabrice Midal et d’autres enseignants de méditation ont animé des lives régulièrement pour initier le grand public et offrir des temps de pratique à des milliers de Français.

Souvent la méditation de pleine conscience (mindfulness meditation) est vue comme une façon de gérer le stress du quotidien et générer des états de bien-être plus élevés. Des milliers d’études scientifiques sur le sujet montrent une forte corrélation avec une réduction d’anxiété et de dépression, une amélioration du système immunitaire, et une mémoire augmentée. Cette approche scientifique, et la création de protocoles spécifiques comme le MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction, développé par Jon Kabat-Zinn en 1979), ont contribué à une médiatisation et une plus grande ouverture du public à ces pratiques.

Depuis quelques années, nous avons également observé un intérêt accru du monde de l’entreprise pour la pratique de la mindfulness. Depuis six ans, nous avons nous-même porté ce sujet, accompagnant les dirigeants dans leur initiation et les accompagnant dans le développement d’un leadership en pleine conscience (mindful leadership). Nous avons aussi observé dans le débat un retour de bâton qui accompagne la popularité actuelle de cette pratique qu’il est intéressant d’interroger. Malgré cela, pour notre équipe, qui a animé plus de 600 workshops et séminaires basés sur ces pratiques à destination de personnes à tous les niveaux de l’entreprise – des employés d’un plateau téléphonique, des commerciaux, des comités de direction, des conseils d’administration – la mindfulness est la voie la plus intéressante et efficace pour remettre l’humain au cœur de l’entreprise.

Pour comprendre, il faut aller au-delà de cette idée que la mindfulness est principalement un outil anti-stress, pour explorer plus en profondeur ses caractéristiques philosophiques. Voici quelques exemples d’idées intéressantes pour nourrir le « mindful leadership ».

Le mindful leadership facilite la navigation de la complexité.

Le monde de l’entreprise est débordant de paradoxes, et il exige de nous, en tant que leaders, une capacité d’accepter des vitesses variables contrôlées par des forces hors de notre pouvoir décisionnel. Il nous demande de rester humain tout en atteignant des objectifs ambitieux, de faire le grand écart entre les priorités des investisseurs et le respect du dialogue social, de créer de la cohérence et du sens alors que nous n’avons pas la main sur l’ensemble des facteurs qui affectent notre activité.

La mindfulness dans son essence permet d’embrasser la globalité d’une situation alors que certaines questions sont encore en suspens. Le temps de la pratique, nous sommes conviés à accepter une situation telle qu’elle est à l’instant, nous lâchons prise pendant un temps sur notre travail de résolution des problèmes. La pratique nous donne la possibilité d’explorer d’autres perspectives, permet aussi de rendre le chemin et l’expérience collective plus importants, et se libérer du résultat comme seul indicateur d’une réussite.

Le mindful leadership rafraîchit le regard terni par une longue expérience ardue.

Avec le temps, les leaders accumulent une expérience forte qui informe leurs décisions et leur permet d’appliquer un ensemble d’expertises. A un niveau personnel, les dirigeants vivent aussi souvent des moments difficiles, peuvent porter de grands projets qui ne voient pas le jour, ou se faire licencier suite à des changements de management, alors qu’ils ont bien relevé des défis au service d’un plan stratégique. Au même temps que cette expérience est essentielle, elle peut générer une lourdeur et nous empêcher d’être créatifs et d’innover de nouvelles formes de leadership dans son marché historique.

Dans la période actuelle, qui appelle à des transformations rapides et entières des modèles économiques, la mindfulness donne la possibilité d’expérimenter de nouvelles idées hors des carcans mentaux pour donner un avenir à l’entreprise. En regardant avec des « yeux neufs » (Théorie U, Otto Scharmer), cette pratique nous invite à laisser mourir des idées obsolètes afin de créer de l’espace pour la naissance de nouvelles idées. Même au cœur du tourment, les leaders qui pratiquent peuvent accéder à des ressources intellectuelles et émotionnelles importantes.

Le mindful leadership nourrit l’éthique du leader.

L’environnement des entreprises présentent une complexité aussi au niveau éthique. Il y a par exemple un phénomène de « washing » qui est actuellement très tentant pour les entreprises (greenwashing, happywashing, socialwashing, greatwashing, etc). Cette stratégie dirige des ressources précieuses vers des solutions courts-termes, superficielles, et potentiellement dangereuses pour la crédibilité d’une marque.

La pratique de la mindfulness invite les leaders à créer des modes spécifiques de travail permettant de détecter quand une stratégie est « dissonante » avec la raison d’être de l’entreprise. En opérant régulièrement des rencontres avec soi, la mindfulness cultive la conscience et offre une source de courage pour activer un leadership qui transcende la tentation d’une vision court terme.

Le mindful leadership génère une transformation profonde.

Alors que les entreprises et leurs salariés subissent les modes de l’entreprise libérée et les dogmes du travail collaboratif, la mindfulness appliquée à la transformation de l’entreprise permet de trouver des voies moins radicales, plus respectueuses de la réalité des personnes qui participent au changement, et plus adaptées à la culture et l’histoire unique de chaque entreprise. Plaquer une méthode « tendance » sur une société qui est en inertie subie, peut également être vécu comme violente et absurde, et produire un résultat contre-productif, même quand l’intention est d’être plus humain et donner du sens.

Parce que la mindfulness invite à l’acceptation profonde de la réalité comme un point de départ de tout changement, les approches au changement qui sont ancrés dans la mindfulness s’intéresse tout d’abord à la racine culturelle qui génère l’inertie, et prend en compte le système qui « se protège » à travers l’immunité au changement (Robert Kegan).

Conclusion

Le mindful leadership est un regroupement de pratiques qui invite le leader à prendre un chemin différent, plus en alignement avec qui il est au plus profond de lui-même, plus en contact avec ses ressources d’innovation, plus en activation de l’intelligence collective – sans nier les réalités de son pouvoir et de ses responsabilités. Pour un leader qui se trouve à la tête d’un plan stratégique pour transformer l’entreprise, ou qui aide son entreprise à naviguer une crise importante, la pleine conscience est une voie intéressante et puissante.

Pour découvrir le mindful leadership à travers notre programme de coaching pour les dirigeants, contactez-nous.

En parallèle de nos programmes de coaching, nous avons décidé de transmettre à travers un programme de formation, l’approche de coaching et de conseil qui nous anime chez Connection Leadership. Pour devenir Coach Consultant de la Transformation, nous vous invitons à visiter The Mountain, notre école de coaching de la transformation.

Quelques liens utiles

https://www.challenges.fr/club-entrepreneurs/confinement-l-appli-star-de-meditation-petit-bambou-decolle_705310

https://www.presencing.org/assets/images/theory-u/TU-ExecSum-French.pdf

https://store.hbr.org/product/immunity-to-change-how-to-overcome-it-and-unlock-the-potential-in-yourself-and-your-organization/1736

https://societyforpsychotherapy.org/ethics-and-mindfulness/

cookie